yguntzburger

About Yoann Guntzburger

This author has not yet filled in any details.
So far Yoann Guntzburger has created 23 entries.
  • Permalink Gallery

    Une année éprouvante pour plusieurs firmes de génie-conseil

Une année éprouvante pour plusieurs firmes de génie-conseil

24 décembre 2013 | La Presse canadienne | Actualités économiques
SNC-Lavalin, dont la réputation a été ternie depuis la tenue d’une enquête interne ayant permis de mettre au jour des paiements suspects d’une valeur totale de 56 millions, attend toujours sa certification de l’AMF.
À l’instar de plusieurs entreprises oeuvrant dans l’industrie de la construction, les firmes de génie-conseil et d’ingénierie du Québec ont vu leur réputation être mise à mal en 2013, dans la foulée des travaux de la commission Charbonneau. Dessau, SNC-Lavalin, Genivar, Tecsult (Aecom), Roche et BPR, pour ne nommer que celles-là, ont toutes été éclaboussées, selon le cas, par des allégations de collusion, de corruption ainsi que de financement politique illégal.
Pour plusieurs de ces entreprises, la route de la rédemption au sein de l’opinion publique pourrait s’annoncer assez longue.  Par exemple, Dessau s’est retrouvée temporairement sur la « liste noire » de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pendant quelques mois, jusqu’à sa réhabilitation, le 28 novembre dernier, ce qui empêché la firme de soumissionner sur des contrats publics au Québec.  Le témoignage devant la Commission Charbonneau de Rosaire Sauriol, qui occupait le poste de vice-président chez Desseau pour l’Amérique latine, avait contribué à influencer la décision du chien de garde des marchés financiers. M. Sauriol avait entre autres exposé les pratiques de collusion et de fausse facturation de Dessau destinées à financer illégalement des partis politiques.
« Ces firmes-là se sont laissé emprisonner dans une vision de développement d’affaires et de profit, explique André Lacroix, professeur titulaire à l’Université de Sherbrooke et titulaire de la Chaire d’éthique appliquée. Elles ont secondarisé leur mission de professionnels. »  Selon lui, au fil du temps, une logique de « développement des affaires » s’est graduellement mise à prendre toute la place au sein de […]

  • Permalink Gallery

    La doctorante Joé T. Martineau, lauréate d’un prix de la Society for Business Ethics

La doctorante Joé T. Martineau, lauréate d’un prix de la Society for Business Ethics

19 août 2013
Dans le cadre de la conférence annuelle de la Society for Business Ethics tenue à Orlando (Floride) du 8 au 11 août, la doctorante en management Joé T. Martineau a reçu le prestigieux Society for Business Ethics Founders’ Award.
Ce prix est décerné à de jeunes chercheurs prometteurs dans le domaine de l’éthique des affaires.
Ce prix a été attribué à Joé T. Martineau pour son projet de recherche intitulé Building a taxonomy of ethical practices in organization and an instrument to measure their perceived effectiveness. Inscrite à la spécialisation en management du Ph. D. et rattachée à la Chaire de management éthique de HEC Montréal, Joé se consacre à ce projet d’envergure de la Chaire depuis 2007.
Dans sa thèse intitulée Pratiques d’éthique organisationnelle : État des lieux et taxonomie, Joé T. Martineau s’intéresse particulièrement à la perception de l’efficacité des pratiques d’éthique organisationnelle, à leur fréquence et à leur valorisation dans les organisations, en plus de  présenter un état des lieux, une recension et une taxonomie empirique de ces pratiques. Elle propose aussi un modèle de design d’un programme d’éthique organisationnelle permettant aux organisations de mieux faire face à la complexité des enjeux éthiques auxquels elles sont confrontées.
Joé T. Martineau prévoit soutenir sa thèse, dirigée par le professeur Thierry C. Pauchant, titulaire de la Chaire de management éthique, en octobre prochain. Elle est titulaire d’une maîtrise ès sciences (M. Sc.) en gestion, avec spécialisation en management, de HEC Montréal ainsi que d’un diplôme en sciences politiques et affaires internationales de Sciences Po Paris.
La Society for Business Ethics est l’organisation internationale la plus reconnue dans le domaine de l’éthique des affaires. Elle regroupe des chercheurs, des enseignants et des praticiens concernés par ces enjeux à travers le monde.
(Source – HEC Montréal)
 

  • Permalink Gallery

    Colloque 456 – La recherche en éthique organisationnelle au Québec : quelques travaux actuels et appel à un plus grand partenariat

Colloque 456 – La recherche en éthique organisationnelle au Québec : quelques travaux actuels et appel à un plus grand partenariat

7 mai 2013
Ce colloque vise à divulguer des exemples de recherche innovante qui s’effectuent actuellement au Québec sur le sujet de l’éthique organisationnelle et à stimuler une plus grande collaboration des chercheurs sur ce thème au Québec en créant un partenariat.Rassemblant des chercheurs de trois universités, HEC Montréal, UQAM et McGill, le but de ce colloque est de divulguer des initiatives actuelles de recherche en éthique organisationnelle au Québec ainsi que certains de leurs résultats préliminaires. Les thèmes abordés durant ce colloque ont été choisis afin de révéler une grande diversité de méthodes et d’approches. Ceci inclut la constitution d’un questionnaire sur les théories et pratiques en éthique organisationnelle, des résultats d’entrevues avec des gestionnaires, la problématique du climat éthique en organisation, la prise de décision éthique en entreprise, etc.Alors que les conférenciers et conférencières présenteront leurs approches et leurs résultats, une large place sera aussi donnée à l’auditoire afin d’explorer des partenariats possibles entre les différents chercheurs travaillant au Québec sur le sujet de l’éthique organisationnelle. Le but de ce colloque n’est pas seulement de faire le point sur certaines recherches d’avant-garde au Québec sur ce sujet mais de développer un partenariat avec d’autres chercheurs, d’autres universités, d’autres organisations et organismes. Le but que nous poursuivons est de développer la recherche au Québec dans ce domaine de façon qu’elle contribue réellement aux besoins pressentis dans les organisations québécoises de tous types ainsi que d’accroître la visibilité des recherches menées au Québec au niveau international.
En lire plus